Dimanche 23 juin 2024

12e dimanche du Temps Ordinaire

La vraie richesse

Je dérobe ce moment aux affaires du Canada, pour vous demander si le pauvre et petit enfant Jésus est le maître de votre cœur, et s’il y règne absolument ; si cela est, vous êtes heureuse, quelque petite et malheureuse que vous soyez aux yeux du monde. Il n’y a rien de grand en la terre que la bassesse, rien de riche que la pauvreté, rien d’honorable que le mépris, puisque le pauvre et humble Jésus en a fait tant d’état, et les a tant aimés durant sa vie mortelle. Si l’esprit d’humilité, de pauvreté, d’abjection, et de croix ne règne en vous, je renonce à vous !

Laissez-vous posséder par l’esprit de Jésus, et demeurez satisfaite avec lui. Vous cherchez la perfection bien loin, et elle est dans vos mains, si vous aimez l’esprit de Jésus qui aime les pauvretés, les misères, et les croix. Que le principal but de vos oraisons, exercices et dévotions, soit de vous bien établir dans l’esprit de Jésus : méditez-le, goûtez-le, et tout ira bien chez vous. Mais sans cela, quand même vous seriez une reine, vous ne seriez rien. J’ai un amour pour vous tout particulier, dans la considération de ce que vous êtes pauvre, abjecte, et basse de par vos parents. Ce qui dégoûterait tout le monde me donne de l’attrait, car j’aime Jésus, et tout ce qui est chétif et abject comme lui selon le monde. Imitez le pauvre et humble Jésus, considérez bien ce que je dis, et vous serez pleinement satisfaite, et ne demandez plus ce que vous avez à faire pour aller à Dieu.

Jean de Bernières-Louvigny, Lettre du 10 janvier 1641

MÉDITER :

C’est déjà Jésus crucifié que nous accueillons à Noël dans le « pauvre et petit enfant Jésus » : la même logique de l’amour dans un monde qui n’aime pas, conduit à la pauvreté de la crèche celui qu’elle conduira aux épreuves du Calvaire.

Ce choix de l’humilité, de l’abaissement et du mépris de la part du Fils de Dieu, éclaire tout l’Évangile : l’amour dont il témoigne met Dieu inconditionnellement au service de l’homme.

Désormais, ce ne sera donc que dans « les pauvretés, les misères et les croix » que nous trouverons Dieu. Ne les fuyons pas : c’est là qu’il s’est établi et qu’il nous attend.

L´Auteur :

Bernières-Louvigny (Jean de, 1602-1659)

Fils d’un trésorier général de Caen, Jean de Bernières-Louvigny consacrera sa fortune et ses relations à l’animation du groupe mystique normand né autour du capucin Jean-Chrysostome de Saint-Lô, tout en assurant l’intendance de nombreuses entreprises missionnaires, et en fondant séminaires et hôpitaux à partir de son ermitage ouvert à ses nombreux amis contemplatifs.